Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Le continent

(le monde de Tonton Raoul)

Publié le par Tonton Raoul
Publié dans : #Le vaste monde

Voir les commentaires

Publié le par Tonton Raoul
Publié dans : #La boutique des souvenirs
Publié le  par Tonton Raoul

Elle a 87 ans, elle est celle qui croit le plus en moi. D’une certaine façon, elle est ma meilleure amie. Elle a 87 ans, bon pied, bon œil, tant mieux. Puisse-t-elle finir centenaire !

Elle a 87 ans et ses jours sont en danger. Juste parce que c’est comme ça, à cause de l'âge. Mais me l’enlever, ce serait m’ôter beaucoup. J’étais là, au début des années 80, dans cette grande maison et j’ai aimé les épinards parce qu’elle mettait un œuf poché par-dessus. J’ai connu dans son jardin les grandes aventures d’un enfant de huit ans et si j’ai peut-être aujourd’hui autant d’imagination, je le dois à ces étés là-bas, au soleil, ou dans l'autre endroit, dans le trou, avec la rivière, les chutes et la forêt.

J’ai commencé un roman, vous le savez, je vous en conte la genèse. Derrière Raoul il y a Saint-Gilles, qui n’est qu’un pseudo. J’ai commencé un roman et je voudrais l’avoir fini à temps pour qu’elle le lise et qu’elle me dise ce qu’elle en pense. Son avis m’importe plus que n’importe quel autre, celui de mes sœurs, celui de ma mère, celui de mon père, celui de tous les éditeurs de Paris même !

Petite-Mère, fais-moi plaisir : laisse-toi porter encore longtemps par le vent. Laisse-nous les soucis, ils ne sont pas ton affaire. Laisse-les-nous, on va s’en occuper. Reste juste ce que tu es, là, pour nous, une grand-mère généreuse, un modèle, une icône. Une amie, une vieille amie depuis 27 ans maintenant, j’avais même pas 7 ans. On m’a fourré dans tes pattes pour que tu sois obligée de te lever le matin, t’habiller, faire à manger, manger, sourire. On t’a collé un gamin innocent pour t’obliger à composer avec ton chagrin. Ils ont eu raison et je leur rends grâce : ma meilleure amie, aujourd’hui, c’est toi.
C’est à toi que je devrais écrire cela. Je le publie juste ici. J’espère que quelqu’un te conduira sur ce blog… Ma chère grand-mère, ce que je vous dois est au-delà de toute compréhension. Je me souviens comme si j’y avais été de votre récit de l’exode, au volant de la voiture familiale, avec les sœurs derrière, au milieu du chaos. Je me souviens de la traversée de la Loire, alors même que l’armée française faisait sauter les ponts. Etait-ce à Gien, à Cosne-sur-Loire ou ailleurs ? Je ne sais plus. Je me souviens seulement du vieil oncle, Jean comme on dit, me parlant de ma mère chérubine (pourquoi ce mot ne serait-il pas féminin ?) dans les bras de votre sœur Sybille. (Il n’était rien alors ; plus tard vint le temps des DS, puis des CX) (Une Chevrolet, une Audi 80, ça jette carrément mieux !).

 

Petite Grand-mère, je suis le gardien du Temple. Je dirai toujours la foi qui est la tienne et toujours je témoignerai de la profondeur de ta prière, chaque dimanche pendant l’Eucharistie. Il y a tellement de gens dans tes prières ! Ton mari, tes filles, ton fils, ta bru, ta Maman, cette noble dame à mon cœur. Et puis, je le comprends maintenant, les vivants, nous, tes enfants, tes petits-enfants, tes arrière-petits-enfants ! Ce n’est pas un hasard si tes prières sont plus longues : c’est juste que, d’année en année, nous sommes plus nombreux !

Un jour, j’érigerai une statue à ton effigie dans mon cœur. En attendant, j’ai reçu ta lettre pour mon anniversaire, elle est arrivée le jour pile, comme à chaque fois. Je vais y répondre, avec des termes moins directs qu’ici, mais autant de cœur et d’amour. Puis, à Noël, je viendrai. Je viendrai pour Jésus. Je viendrai pour Papa et pour Maman et je viendrai pour toi. Je viendrai pour Rapha et Jérôme. Je viendrai pour tous ces gens qui sont ceux que j’aime, frère, sœurs, belle-sœur, beauf’, neveux et nièces. Je viendrai et je vous parlerai de Cyr, l’autre filleul qui vient d’avoir un an et je vous montrerai des photos et vous direz : « quel beau garçon ! ». Nous serons dans la joie et cela ne nous sera jamais ôté.

Parfois, j’emploie dans mes écrits des mots que tu n’aimes pas. Tu as la grâce de ne pas me le dire. Merci. Je les écris parce qu’ils sont ceux de ma génération. J’ai décidé d’être un héraut (le mot est beau à prononcer !) et un messager pour le monde de demain. J’ai un roman pour le dire, alors je vais l’écrire.

Merci à toi, petite mère, d'être à nos côtés sur ce chemin de nos vies.
 

Voir les commentaires

Publié le par Tonton Raoul
Publié dans : #La boutique des souvenirs

 

J'aime les actrices.

"pourquoi ?" me direz-vous.

Parce que.

Voilà, c'est tout.

 

 

 

 

 

 

 

 

NAN ! J'déconne !!!

Parce que nous sommes le pays de Madame Simone Signoret, d'Anouck Aimé, de Françoise Dorléac, de Catherine Deneuve, de Fanny Ardant, de Nathalie Baye, d'Isabelle Adjani, d'Isabelle Huppert, de Sandrine Bonnaire, de Madame Juliette Binoche, de Sylvie Testud, de Sandrine Kimberlain, de Julie Delpy, de Cécile de France, de Mélanie Laurent, d'Elodie Bouchez, de Marie-José Croze, de Camille Geoffroy, de Mélanie Thierry, de Léa Seydoux, de Murielle Robin, d'Adèle Exarchopoulos, de Madame Marion Cotillard, de Chiara et d'Eva, qui sont mes chouchoutes, de Sara Forestier, et bien sûr d'Elisabeth Depardieu ! Et de toutes les autres, que j'ai oublées, notamment Kristin Scott-Thomas, Julie Gayet, Faye Dunaway, Charlotte Rampling, Christine Citti, Anne Brochet, Ludivine Sagnier, et tant d'autres !

Mais j'aime les acteurs aussi ! Belmondo ! Ventura ! Gabin ! Delon ! Bouquet, Depardieu ! Canet, Noiret, Rochefort, Zinedine Soualem, Duris, Louis Garrel, Jacques Gamblin, Duléry, Monsieur Luchini, Francis, les frères Podalydès, Cluzet, Payet, Omar, Fred, Nicolas Sarkozy, Feu Jocelyn Quiévrain, Très grand monsieur Jean Dujardin, Gilles Lellouche, Julien Boisselier, JP Rouve, et tous ceux que j'ai oubliés, dont Richard Berry, M. Roger Hanin, Patrick Bruel, Lorant Deutsch, Jamel, Edouard Baer, mon chouchou Bernard Campan, et ses potes des Inconnus, à Elie, etc., etc.

J'aime encore les techniciens, ceux dont on ne parle jamais, mais qui font que tout cela existe, aussi : Mlle N. Jean, ampouliste. L'éclairage de Mission, avec Jérémy Irons, c'est elle. La lum' sur Un homme une femme du mec louche, c'est elle ! L'éclairage d'Armstrong sur la lune (en direct live de là-haut, c'est elle !), la splendeur de ma vie, c'est elle !

(Le changement de la litière du chat, demain matin, c'est elle...)

Quel talent, mon amour !!!

 

Des bises, lecteur de mon coeur !

Raoul

Voir les commentaires

Publié le par Tonton Raoul
Publié dans : #Le vaste monde

Des armes, des chouettes, des brillantes,
Des qu'il faut nettoyer souvent pour le plaisir
Et qu'il faut caresser comme pour le plaisir
L'autre, celui qui fait rêver les communiantes

Des armes bleues comme la terre,
Des qu'il faut se garder au chaud au fond de l'âme,
Dans les yeux, dans le coeur, dans les bras d'une femme,
Qu'on garde au fond de soi comme on garde un mystère

Des armes au secret des jours,
Sous l'herbe, dans le ciel, et puis dans l'écriture,
Des qui vous font rêver très tard dans les lectures,
Et qui mettent la poésie dans les discours.

Des armes, des armes, des armes,
Et des poètes de service à la gâchette
Pour mettre le feu aux dernières cigarettes
Au bout d'un vers français brillant comme une larme.

 

Léo Ferré

 

 

Voir les commentaires

Publié le par Tonton Raoul
Publié dans : #L'aventure ordinaire

Bon, même sans avoir fait Polytechn'hic ! tu auras compris que je vais déménager, m'installer dans une tite maison avec ma Belle et qu'elle a un chat, donc moi aussi.
Et en plus, il est blanc, bonjour les poils sur mes pantalons, en général noir !

Mais ce n'est pas tout : j'adore ce chat ! 

Moi qui ai la frousse des nos-zamis-les-animo depuis la plus tendre enfance, moi qui ai grandi dans une famille no-animal, avant même de devenir no-sport-but-on-tv, moi qui,il y a six mois, avait les chocottes quand IL arrivait dans la pièce, et bien moi, maintenant, je l'aime ce chat. J'ai pris goût ! Je le papouille, il a le droit de venir sur mes genoux, et ouais ! 

Y'a que pour la conversation que c'est limité. Parce que mon chat, il est sourd... Alors, forcément, il entend pas ce que je lui dis, forcément... Et donc, il répond pas... 

Mais il est trop mignon, tout petiot, tout blanc ! Bon, là, c'est un ado, il se lave quand il veut, il pisse partout dans la cours, il découche sans prévenir, il rote et il passe toute sa journée sur la PS, à jouer à Super CHArio ou Candy Crush CHAga ! Il mate les 'tites chattes dans la rue, il siffle à leur passage et il leur colle la patte au panier ! 
Dès qu'on s'absente, il invite tous ses potes à la maison ! On rentre, le stock de croquettes a disparu, des cadavres de CHAlvados trainent partout sur le sol et on retrouve des CHApotes dans la chambre !!!

Ah, j'te jure, les CHAdos !

Enfin, d'ici deux-trois ans, il passera le BaCHAlauréat et il ira à l'univerCHAté étudier la CHAcroéconomie, comme son bô-papa ! Il lira CHArl Marx et Keynes, CHAvourera les théories de l'Oncle Joseph (Schumpeter, mais ça, maintenant, tu le sais !) et il marquera des réserves sur la pensée monéCHAriste de Milton Friedman.

...

Bon, OK, je projette peut-être un peu trop sur ce chat ! Bien sûr, mais ici, ce n'est qu'un papier de blog. La vérité, c'est que je me suis attaché à ce chat et que j'ai pris l'habitude de dire "mon chat" ou "not' chat". Et que, s'il se barrait, ça me ferait vraiment chier. 
Et, en fait, l'autre jour, je me suis demandé si je n'étais pas, un peu, passé à côté de quelque chose... pendant toutes ces années.

Bref, j'ai un chat. Il est sourd.

Beethov aussi.

 

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>